Les fonctions astrologiques des dieux égyptiens
par Patrice Guinard


La mythologie égyptienne me fascine depuis un demi-siècle : aux âges de onze, douze et treize ans, je restais des heures à méditer aux Antiquités égyptiennes du Louvre, et j'y retournais dimanche après dimanche, toujours dans les mêmes salles, souvent seul et immobilisé, debout face au scribe accroupi. Vingt ans après je retrouvais sur place, et surtout à Karnak, ce climat mystérieux de pérennité, d'absoluïté, de perfection ultime. A l'air libre ou sous terre, aux temples et aux tombeaux, je décelais une esthétique formelle et parachevée, voire animée, où plastique et calligraphie s'harmonisaient, où la statuaire, l'image et le texte formaient des entités signifiantes et vivantes.

L'Égypte antique est le pays des dieux : toute vie sociale et culturelle s'organise autour d'eux ; ils sont le suc de la vie, les gardiens de la mort et le sel de l'après-vie. Les dieux égyptiens étaient originellement des dieux locaux, associés aux forces et entités de la nature, protecteurs de l'existence et des activités humaines. Chacun des 38 nomes ou circonscriptions de l'Ancien et du Moyen Empire (qui deviendront 42 au Nouvel Empire), ainsi que chaque métropole ou ville importante, avaient le sien. Au cours des siècles, les dieux se métamorphosèrent et prirent des formes multiples et changeantes, tels des caméléons. Ils s'associèrent ou s'absorbèrent en accaparant les attributs de dieux voisins ou concurrents, si bien qu'il est devenu difficile d'y percevoir une organisation ou une cohérence d'ensemble.


Aperçu des nomes égyptiens de Haute et Basse Égypte (dieux et lieux de culte)

# Nom du Nome Traduction du Nom Nom grec de la Ville Dieux, Déesses
h 01 Ta-Sety L'Arc Elephantine (Assouan) KHNOUM, Isis, Anuket, Satet
Philae ISIS, Hathor
h 02 Ouetest-Hor Le Trône d'Horus Apollinopolis (Edfou) Horus, Nephtys
h 03 Nekhen La Forteresse Hierakonpolis HORUS, Nekhbet
Nekheb (El Kab) Nekhbet, Thot, Mout
Latopolis (Esna) Khnoum, Menhit, Heka
h 04 Ouaset Le Sceptre Thèbes (Karnak) AMON, Mout, Khonsou
Hermonthis Montou
h 05 Netjeroui Les deux Faucons Coptos Isis, Min
Ombos SETH
h 06 Iounit Le Crocodile Tenthyris (Denderah) Hathor, Isis
h 07 Bât Le Sistre Diospolis Parva Hathor
h 08 Ta-Our La Grande Terre Thinis Anhour, Osiris
Abydos OSIRIS, Isis, Horus
h 09 Minou La Foudre de Min Panopolis MIN
h 10 Ouadjet Le Cobra Antaeopolis Seth, Hathor
h 11 Shay Nome de Seth Hypselis SETH
h 12 Djoufet La Vipère de la Montagne Hierakon Khnoum
h 13 Nedjefet Khentet Le Sycomore du Sud Lycopolis (Assiout) Anubis, Oupouaout
h 14 Nedjefet Pehet Le Sycomore du Nord Cusae Hathor
Amarna ATON, Rê
h 15 Ounet Le Lièvre Hermopolis Magna THOT, Maât
h 16 Ma-Hedj L'Oryx Theodosiopolis Pakhet, Horus
h 17 Inpou Le Chacal Cynopolis ANUBIS
h 18 Anty Le Faucon aux ailes déployées Ankhyronpolis Sekhmet
h 19 Ouabouy Les deux Sceptres Oxyrhynchos Seth
h 20 Nart Khentet Le Laurier rose du Sud Herakleopolis Harsafes, Khonsou
h 21 Nart Pehet Le Laurier rose du Nord Crocodilopolis SOBEK, Hathor, Khonsou
h 22 Mednit Le Couteau Aphroditopolis HATHOR





b 01 Inb Hedj Le Mur blanc Memphis PTAH, Sekhmet, Nefertoum
b 02 Douaou La Cuisse Letopolis Horus, Sekhmet
b 03 Imenty L'Occident Apis Hathor, Sekhmet
b 04 Nit Resy Le Bouclier du Sud Prosopis Sobek, Isis, Amon
Naucratis Horus, Neith
b 05 Nit Mehet Le Bouclier du Nord Saïs NEITH
b 06 Khasou Le Taureau de la Montagne Xoïs Amon, Shou, Tefnout
Bouto Ouadjet
b 07 Houy-ges Imenti Le Harpon occidental Metelis Horus
b 08 Houy-ges Iabti Le Harpon oriental Pithom Atoum
b 09 Andjety Nome d'Andjety Busiris Andjety, Osiris
b 10 Kem Our Le Taureau noir Athribis Kemour, Horus
b 11 Kem Heseb Le Taureau à bandelettes Leontopolis Maahes, Ptah, Bastet
Nai-ta-Hout Shou, Tefnout
b 12 Djeb Neter Le Veau divin Sebennytos Onouris, Shou, Isis
b 13 Heq Adj Le Pilier Héliopolis ATOUM, RÊ, Khepri, Mnevis
b 14 Khent Iabti La Pointe Orientale Sethois Horus
b 15 Khehour L'Ibis Hermopolis Parva Thot (Hermès Trismégiste)
b 16 Djehour Le Dauphin Mendès Osiris, Banebdjed, Hatmehit
b 17 Behedet Le Trône Diospolis Magna Horus, Amon
b 18 Imou Khenty L'Enfant royal du Sud Bubastis BASTET
b 19 Imou Pehou L'Enfant royal du Nord Tanis Amon, Mout, Seth
b 20 Sepdjou Nome de Soped Phakusa Soped


Les prêtres et théologiens de Memphis et d'Héliopolis furent les premiers philosophes de l'Antiquité. Ils ont tenté d'assembler les entités divines en des ensembles cohérents, d'organiser leurs relations, notamment en des panthéons ennéadiques pilotés par une divinité majeure (Atoum, Rê, Ptah, Thot). La mythologie égyptienne est dans sa totalité d'inspiration solaire : des plus anciens dieux de la fertilité des périodes prédynastique et thinite (cf. Annexe 1) jusqu'au culte éphémère d'Aton sous Akhenaton (18e dynastie, Nouvel Empire), en passant par ceux d'Atoum (5e dynastie, Ancien Empire) et d'Amon (11e dynastie, Moyen Empire), tous identifiés à Rê ou Râ, la personnification divine du soleil.

La grande ennéade d'Héliopolis (la cité du soleil pour les Grecs ; Iounou en égyptien, le pilier ou la ville du pilier ; située au nord du Caire), datant de la Ve dynastie (c.2500-2350), rassemblait autour d'Atoum auto-créé, ses enfants Chou et Tefnout (façonnés à partir de Noun, l'océan primodial), ses petit-enfants Geb et Nout, et leurs enfants Seth, Nephtys, Osiris et Isis. C'est la première tentative concluante d'organisation théologico-cosmogonique. Une petite ennéade, syncrétisée ultérieurement, rassemblait autour de Rê, les dieux Thot, Horus, Maât, Anubis, et les quatre fils d'Horus.

Mais dans une séquence antérieure datant de la période thinite et dans laquelle Thot apparaît comme grand comptable des temps et organisateur du calendrier, les 4 enfants de Geb et Nout, auxquels s'est joint Horus dit l'Ancien (Heru-Ur, en grec Haroeris), auraient été successivement mis au monde lors des cinq jours épagomènes dans cet ordre : Osiris, Horus, Seth, Isis, Nephtys.

L'ennéade de Memphis (située au sud du Caire) qui serait antérieure à celle d'Héliopolis d'après la pierre de Chabaka, mais dont la datation du texte originel est disputée (3e dynastie ?), rassemblait autour de Ptah ses 8 émanations parmi lesquelles figuraient Horus et Thot, Tatenen et Atoum, et peut-être Geb, Seth, Osiris et Isis.

L'ennéade élaborée à Hermopolis (la ville d'Hermès pour les Grecs), plus conceptuelle et métaphysique, rassemblait les éléments primordiaux, antérieurs à la formation du soleil et à l'apparition de son verbe divin Thot. Les 4 couples sexués (dont les mâles avaient têtes de grenouilles et les femelles têtes de serpents) étaient Noun et Nounet (l'océan primordial, le chaos initial), Heh et Hehet (l'espace infini), Kek et Keket (l'obscurité, les ténèbres) et Nya et Nyat (l'inconnaissable, l'indéfinissable, l'insaisissable) ultérieurement remplacés par Amon et Amonet. Les philosophes milésiens (Thalès, Anaximène, Anaximandre) ont bâti leurs philosophies respectives sur trois de ces principes universels, sans qu'aucun d'entre eux, physiciens et non mystiques, n'ait opté pour les ténèbres.

A Abydos, une "ennéade" plus tardive figure sur une stèle découverte par Auguste Mariette et datant de la 18e dynastie (Thoutmôsis Ier, ca. 1500) : elle rassemble autour d'Osiris, quatre dieux dédoublés : Khnoum, Thot, Horus et Oupouaout.

Plus tardivement et à partir du Nouvel Empire, faute de consensus théologique, les dieux furent regroupés en triades familiales (père, mère, fils) à l'exception des deux dernières :
Je relève, dignes de figurer au panthéon astrologique, deux séries de divinités majeures parmi la multitude de dieux, déesses et personnifications d'éléments naturels ou conceptuels qui se sont succédés, multipliés, associés et absorbés au cours de plus de trois millénaires dans un pays, hors déserts, qui ne fut pas plus étendu que la Bretagne actuelle :
1- Amon, Anubis, Hathor, Horus, Isis, Maât, Nout, Osiris, Ptah, Sekhmet, Seth, Thot
2- Atoum, Bastet, Geb, Khnoum, Khonsou, Neith, Nephtys, Rê, Shou, Sobek, Taouret, Tefnout

La plupart des dieux sont représentés debout et tenant dans leur main gauche le sceptre royal ouas et dans leur droite la croix de vie ânkh. La moitié d'entre eux ont tête ou corps d'animal. Cette assimilation des ordres animal, humain et divin est spécifique à la théologie égyptienne et lui confère une dimension unique, étrangère à nos mentalités indo-européenne ou judéo-chrétienne. L'animal, expression parfaite du vivant et non reliquat bestial primitif, apparaît comme le symbole d'une fonction vivante essentielle dont l'espèce humaine a hérité au cours de son évolution. C'est en tant que l'homme se rapproche de l'animal, voire du végétal qu'il accède au divin ! Le vivant est un abri ou un refuge immuable face aux brouhahas de l'agitation citadine, aux bonimentations des idéologues, à la production forcenée de gadgets et d'artefacts inutiles, voire à la fabrication de monstruosités machiniques et transhumaines.

Spécificités des divinités principales :

Présentation sommaire d'autres divinités importantes :
  1. Amentet (Amenet), déesse accueillant les morts dans l'au-delà avec de la nourriture et des boissons, fille d'Hathor et d'Horus, épouse du divin passeur bourru Hraf-Hef
  2. Ammout (Ammut, Ammit), "Dévoreuse d'âmes", déesse dévorant le coeur des morts jugés indignes de vivre dans l'au-delà lors de la pesée, représentée avec un corps d'hippopotame, une tête de crocodile et des pattes avant de léopard
  3. Amset (Imset, Imsety), l'un des 4 fils d'Horus, génie funéraire à tête humaine sur les vases canopes, siégeant au sud, protecteur du foie du défunt
  4. Anhour (Anhur, An-Her, en grec Onouris), dieu de la guerre et de la chasse, protecteur de l'armée égyptienne, fils de Rê parfois associé au dieu Shou, époux de la déesse lunaire Mehit (Meyht), assimilé à Arès par les Grecs
  5. Anouket (Anuket, Anqet, en grec Anoukis), "celle qui enlace", déesse régulatrice des crues du Nil, fille de Rê, deuxième épouse de Khnoum dans la triade d'Éléphantine (Nouvel Empire), parfois représentée avec une tête de gazelle
  6. Apep (en grec Apophis), dieu de l'obscurité, du chaos et de la destruction, menaçant le soleil Rê, représenté par un serpent géant incarnant les forces maléfiques, à l'opposé de Mehen, le serpent protecteur qui le combat, assimilé à Python par les Grecs
  7. Apis (en grec ; Hap, Hep, Hepu), le taureau sacré prédynastique successeur de Mnevis (Nem-Wer), vénéré à Memphis, garant et symbole de la force physique, de la fertilité et de la puissance sexuelle, représenté au Nouvel Empire par un homme à tête de taureau dont les cornes enserrent le disque solaire, traditionnellement associé à Ptah
  8. Aton (Aten), le disque solaire divinisé, élevé au rang de dieu unique sous le règne éphémère d'Amenhotep IV alias Akhenaton (ca.1350)
  9. Bes (Bès, Bisu), génie populaire tardif (Nouvel Empire) d'origine soudannaise, devenu dieu de la fertilité et protecteur bienveillant du foyer, actif contre les forces néfastes et les esprits malfaisants, époux de Taouret, représenté sous la forme d'un nain barbu aux jambes courtes et arquées
  10. Douamoutef (Duamutef), l'un des 4 fils d'Horus, génie funéraire à tête de chacal sur les vases canopes, siégeant à l'est, protecteur de l'estomac du défunt
  11. Hapi (Hâpi), l'un des 4 fils d'Horus, génie funéraire à tête de babouin sur les vases canopes, siégeant au nord, protecteur des poumons du défunt
  12. Hâpy (Hapi), personnification du Nil, dieu duel et androgyne (Hâpy-Meht et Hâpy-Reset) représenté par un homme à mamelles et au ventre proéminent, protecteur des crues et de la fertilisation des sols
  13. Hatmehit (Hatmehyt), déesse des poissons vénérée dans la région de Mendès, représentée coiffée d'une couronne surmontée d'un poisson, épouse du dieu bélier Banebdjed
  14. Heka, dieu incréé de la magie et de la médecine, personnification du pouvoir sous-jacent au coeur (Sia) et à son expression par la parole (Hu), ultérieurement considéré comme le fils de Khnoum et de la déesse guerrière Menhit dans la triade de Latopolis, assimilé à Asclépios par les Grecs
  15. Heqet (Heket), déesse protectrice à tête de grenouille, originaire d'Antinoupolis, épouse du dieu Khnoum
  16. Heryshaf (Hershef, en grec Harsaphes), "Celui qui est né sur le lac", ancien dieu de la fertilité représenté comme un homme à tête de bélier coiffé de la couronne solaire, associé et absorbé par Atoum-Rê et Osiris, assimilé à Héraclès par les Grecs
  17. Kebehsenouf (Qebehsenuef), l'un des 4 fils d'Horus, génie funéraire à tête de faucon sur les vases canopes, siégeant à l'ouest, protecteur des intestins du défunt
  18. Khepri (Khépri, Kheper, Khepra), le scarabée sacré, représenté par un homme à tête de scarabée, symbolisant le devenir (kheper) et le soleil levant, uni à Rê ou Rê-Horakhty (le soleil culminant) et à Atoum (le soleil couchant) à Héliopolis
  19. Maahes (en grec Mysis ou Miysis), dieu de la guerre à tête de lion, successeur de Sekhmet au Nouvel Empire, d'origine nubienne, fils de Ptah et de Bastet
  20. Mafdet (Mefdet), "Celle qui court", déesse de la vitesse et de la justice expéditive, protectrice contre les morsures, la plus ancienne déité féline, représentée comme une femme à tête de chat, de léopard ou de lynx
  21. Meretseger (Mertseger), "Celle qui aime le silence", déesse tardive (Nouvel Empire) à tête de cobra, protectrice des ouvriers de Deir el-Médineh, près de Thèbes
  22. Meskhenet, ancienne déesse protectrice de l'accouchement, modéliste du ka (âme) du nouveau-né et protectrice de son destin, assimilée par Hathor et représentée coiffée d'une brique d'accouchement
  23. Min, ancien dieu ithyphallique de la fertilité et de la reproduction, prédécesseur d'Osiris en tant que premier époux d'Isis et père d'Horus
  24. Montou (Montu), "Le nomade", dieu guerrier à tête de faucon, protecteur des armées, finalement absorbé par Horus
  25. Mout (Mut), "La mère", déesse primitive de la féminité, épouse d'Amon et mère de Khonsou dans la triade thébaine, parfois rapprochée de Héra par les Grecs
  26. Nefertoum (Néfertem, Nefertem), dieu des fleurs et des parfums, de la résurrection et de l'immortalité, d'abord considéré comme un aspect d'Atoum, avant de figurer comme le fils de Ptah et de Sekhmet dans la triade de Memphis
  27. Nekhbet, déesse protectrice de la Haute-Égypte et de la royauté du Sud avant l'unification (capitale Hierakonpolis), associée à Ouadjet puis assimilée à Mout (Moyen Empire), représentée par un vautour aux ailes déployées
  28. Opet (Apet, Ipy), déesse mère protectrice de la maternité, représentée par une hippopotame, assimilée par Taouret
  29. Ouadjet (Wadjet, Wadjit), "Le vert papyrus", déesse protectrice de la Basse-Égypte et de la royauté du Nord avant l'unification (capitale Bouto), associée à Nekhbet, protectrice de la magie, représentée par un cobra dressé, fille de Rê et soeur de Nekhbet, ou parfois fille d'Anubis et épouse d'Hâpy-Meht
  30. Oupouaout (Wepwawet, Wepuaut), "L'Éclaireur" ou L'Ouvreur des voies", très ancien dieu guerrier d'origine prédynastique, représenté par un chacal ou par un chien sauvage
  31. Ourethéqaou (Werethekau), "Grande de magie", déesse protectrice à tête de lionne, associée aux rites de couronnement au Nouvel Empire, parfois associée à Ouadjet ou à Isis
  32. Renenoutet (Renenutet, Renenet), "Le serpent nourricier", déesse populaire à tête de cobra, protectrice des récoltes et des vendanges, patronne des tisserands
  33. Sah, dieu astral fondateur, personnification de la constellation d'Orion, associé à Sopdet
  34. Satet (en grec Satis), "Celle qui répand", déesse gardienne des cataractes du Nil, représentée coiffée de deux cornes d'antilope, fille de Rê, première épouse de Khnoum dans la triade d'Éléphantine (Nouvel Empire)
  35. Seker (Sokar, en grec Sokaris), "Celui qui nettoie la bouche", dieu agricole protecteur de Memphis, représenté comme un homme momifié à tête de faucon opérant à la séparation du "ba" et du "ka" (cf. Annexe 5) et à la libération de l'âme, associé à Ptah puis à Osiris
  36. Serket (Serqet, Selket, en grec Selkis), "Celle qui fait respirer", déesse protectrice contre le venin et des piqûres animales, patronne des médecins, guérisseurs et sorciers, associée à Neith, Isis et Nephthys pour veiller sur les quatre fils d'Horus, représentée coiffée d'un scorpion
  37. Seshat, "Celle qui écrit", déesse de l'écriture, des mesures et de l'architecture, protectrice des scribes et des bibliothèques, à la fois soeur et fille de Thot dont elle anticipe les fonctions (Nouvel Empire), représentée par une femme vêtue d'une peau de panthère ou de léopard
  38. Sopdet (Sepedet, en grec Sothis), déesse astral, personnification de l'étoile Sirius, représentée avec une étoile à cinq branches sur la tête
  39. Sopdou (Sopdu, Soped), dieu faucon de l'est, représentant la chaleur étouffante de l'été, fils de Sah et de Sopdet, époux d'une fille de Rê, la déesse cobra Khensit
  40. Tatenen, "La Terre qui émerge", dieu des forces terrestres et souterraines, protecteur des forgerons

Une grande partie de ces 64 divinités entretiennent entre elles des relations de parenté précises. Le tableau de la généalogie des dieux égyptiens rassemble les organisations diverses, pour certaines assez tardives, élaborées au cours des siècles et millénaires dans les diverses villes capitales des nomes. Je complète la légende en haut à gauche par quelques indications : aux encadrés ou cartouches sur fonds bleu clair et saumon les dieux et déesses des fameuses ennéade d'Héliopolis (Ancien Empire) et triade de Thèbes (Moyen Empire), sur fonds jaune et vert grisé les fils et filles de Râ ou Rê et leurs conjoints associés, sur fonds rose et violet les autres dieux et déesses, et en bleu les noms des divinités associées à l'ennéade de Memphis. Entre les cartouches et en bleu les noms des villes à l'origine des triades divines.


Relations de Parenté des Dieux Egyptiens


L'Égypte antique fut un pays de métreurs et d'architectes, non un pays d'observateurs et d'astronomes, ce qui éloigne leurs dieux et déesses de leurs équivalents babyloniens. Par ailleurs toute la mythologie égyptienne est de sensibilité solaire, alors que la grecque est d'inspiration jupitérienne, ce qui fait que les Grecs ont effectué des assimilations pour la plupart erronées de leurs dieux avec les netjer (ou neter) égyptiens (cf. Annexe 3). Ainsi ni la Mésopotamie ni la Grèce ne sont d'aucun secours pour restituer ce que seraient les fonctions astrologiques des dieux égyptiens.

S'il fallait s'en tenir à des analogies formelles et superficielles par les représentations animales, on pourrait accepter les correspondances suivantes : au Bélier Khnoum, au Taureau Apis ou encore Mnevis, aux Gémeaux Shou et Tefnout, au Cancer Khepri le scarabée sacré, au Lion Maahes, à la Vierge Neith, à la Balance Anubis qui procède à la pesée du coeur du défunt, au Scorpion Serket, au Verseau Hâpi le dieu du Nil et de ses crues, et aux Poissons Hatmehit. Cependant seule la pensée matricielle, imprégnée de l'univers égyptien, peut conduire à une compréhension astrologique des divinités égyptiennes.

Atoum est le démiurge et le grand dieu solaire de l'ennéade héliopolitaine ; il incarne et représente le Soleil.
Hathor, la déesse-mère par excellence, est d'essence lunaire.
Isis, l'autre déesse incarnant la féminité, est vénusienne, comme le rapporte Pline.
Avec Atoum, elles forment la triade astrologique estivale : Cancer/Lune/Hathor, Lion/Soleil/Atoum, Vierge/Vénus/Isis.

Horus incarne la royauté. Les rois d'Égypte étaient désignés par leur nom d'Horus dès l'époque prédynastique (cf. Annexe 4). Il illustre la planète Jupiter.
Seth incarne l'énergie brute, positive ou négative, protectrice ou destructrice selon les circonstances. Mars est son équivalent astrologique.
Amon est un dieu plus tardif (Moyen Empire) qui incarne la puissance cachée. Comme Atoum, c'est un démiurge. Il est de nature uranienne.
Ces trois dieux forment la triade astrologique printanière : Bélier/Mars/Seth, Taureau/Uranus/Amon, Gémeaux/Jupiter/Horus.

Osiris est le dieu ressuscité qui représente la vie éternelle. Son équivalent astrologique est Neptune.
Anubis est le dieu de la mort. Il incarne la fonction plutonienne.
Ptah est un démiurge, que j'assimile à Chiron.
Ces trois dieux forment la triade astrologique automnale : Balance/Neptune/Osiris, Scorpion/Pluton/Anubis, Sagittaire/Chiron/Ptah.

Thot est le dieu du langage et de l'écriture. Il est d'essence mercurienne.
Maât est la déesse de l'équité et de la vérité. Elle est d'essence saturnienne.
Nephtys est une déesse discrète, gardienne et assistante des autres dieux. Cérès est sa planète.
Thot et ces deux déesses forment la triade astrologique hivernale : Capricorne/Saturne/Maât, Verseau/Mercure/Thot, Poissons/Cérès/Nephtys

Atoum et Thot, aux centres estival et hivernal du zodiaque, sont chacun épaulés par deux déesses. Les 4 enfants de Geb et Nout dans l'ennéade héliopolitaine résident de part et d'autre de l'axe équinoxial.


24 Dieux Egyptiens


Shou, "celui qui se lève ou qui soulève le ciel", incarne l'Ascendant.
Tefnout, sa soeur, est son complémentaire ; elle incarne le Descendant.
Shou et Tefnout sont représentés comme les deux divinités qui personnifient l'horizon, séparant le ciel de la terre, ou parfois sous la forme de deux lions se tournant le dos et supportant le soleil.
Nout est la déesse céleste ; elle incarne le Milieu du Ciel.
Geb est le dieu terrestre ; il incarne le Fond du Ciel.
Ainsi les quatre enfants et petits-enfants d'Atoum figurent aux 4 Angles du ciel astrologique : Shou/AS, Nout/MC, Tefnout/DS, Geb/FC.

Restent les 8 dieux et déesses des 8 Maisons spécifiques. Neith, la mère du Soleil, trône au plus haut du ciel en maison III. Elle est entourée de part et d'autre (en maisons II et IV) de son fils et de sa petite-fille Sekhmet qui tous deux portent le disque solaire. Au levant le crocodile Sobek en maison I ; au couchant l'hippopotame Touaret en maison V. Au plus bas du ciel en maison VII, Khoum le potier qui façonne les hommes, associé à la Terre Geb. Il est entouré sur sa gauche en maison VIII de Khonsou le dieu lunaire et sur sa droite en maison VI de Bastet la déesse chatte. Les déesses occupent la partie droite de la figure ; les dieux la partie gauche. Les épouses de Ptah, les soeurs félines Sekhmet et Bastet, encadrent le couchant à l'ouest ; Rê et Khonsou, les dieux solaire et lunaire, encadrent le levant.

Les tableaux qui suivent sont à l'octave de mes Maîtrises zodiacales et sectorielles, et de leurs correspondances avec les couleurs.


Signes, Planètes, Dieux égyptiens, couleurs, PG 16-06-2020   Maisons astrales, Dieux égyptiens, couleurs, PG 16-06-2020


Annexe 1 : Périodes de l'histoire égyptienne (de durées approximatives, variables selon les égyptologues)

Annexe 2 : Alphabet phonético-hiéroglyphique de l'Égyptien

Le tableau qui suit rassemble les 24 signes unilitères classiques de l'alphabet égyptien auxquels s'ajoutent quelques autres qui en sont des variations communes. En 1e colonne le hiéroglyphe, en 2e colonne l'objet, la partie du corps ou l'animal représenté, en 3e colonne son phonème associé (translitération phonétique), en 4e colonne la prononciation et parfois la transcription (toutes deux conventionnelles) du hiéroglyphe, et en colonne 5 son repérage dans la classification en 26 catégories d'Alan Henderson Gardiner (1879-1963) issue de sa Grammaire égyptienne (1927), et en dernière colonne le code HTML des graphèmes inusités (&*#541; sans étoile pour ȝ) et le code clavier du hiéroglyphe dans ma police de caractères ASTREGYPT, laquelle regroupe les symboles astrologiques usuels ainsi que les graphèmes de l'alphabet hiéroglyphique dans les deux sens de lecture. A compléter par le millier de hiéroglyphes unilitères, bilitères et trilitères, détaillés dans le Projet Rosette initié par Vincent Euverte (+ mai 2018).


Frise chronologique de l'Antiquité, PG 17-06-2020   ALPHABET PHONÉTICO-HIÉROGLYPHIQUE, PG 19-06-2020


Annexe 3 : Principales assimilations des dieux égyptiens par les Grecs

Annexe 4 : Les 5 noms des rois égyptiens (Titulature royale)

A l'époque prédynastique, il n'existait que le nom d'Horus qui était celui de la royauté. Puis apparurent les noms de Nebty et de Nesout-bity (1e dynastie), auxquels furent adjoints le nom d'Horus d'or (3e dynastie) et finalement le nom de naissance (4e dynastie). A partir de la 5e dynastie (c. 2500), les 5 noms figuraient dans un ordre immuable dans la titulature : Horus, Nebty, Hor Noubt, Nesout-bity, Sa-Rê. Le Nesout-bity qui était le nom du couronnement, fut privilégié à partir du Moyen Empire : il symbolisait l'incarnation éphémère et mortelle du souverain au sein d'une institution immuable et juste (Maât).
  1. Nom d'Horus (royauté)
  2. Nom de Nebty (des 2 maîtresses de la royauté Nekhbet et Ouadjet, incarnant la Haute et la Basse Égypte)
  3. Nom d'Horus d'or (Hor Noubt) : royauté solaire
  4. Nom de Roi ou Nesout-bity (du jonc et de l'abeille, symboles de la Haute et de la Basse Égypte)
  5. Nom de Sa-Rê (fils de Rê) ou nom de naissance (nomen)
Ainsi Ramsès II (1304-1213), 3e roi de la 19e dynastie (1279-1213), le pharaon aux 12 femmes (dont 4 de ses filles et sa petite fille Henoutimrê), 200 concubines et 110 enfants attestés, avait pour noms :
(pour plus de détails sur la titulature et les cartouches du Louis XIV égyptien, cf. Antikforever, Ramsès II)


Annexe 5 : Les 8 composantes de l'être vivant

Les Égyptiens distinguaient quatre composantes de l'être dans le monde concret et visible, et quatre autres dans le monde spirituel. Le corps, le mental, le nom et l'ombre nous sont plus ou moins familiers. Mais les quatre composantes invisibles (KA, AKH, BA et SAH) qui forment une autre tétrade répliquant la première sur un plan spirituel, recoupent assez mal ce que l'on désigne ou entend par "âme" ou "psyché". Je n'ai pas rencontré d'explication véritablement compréhensive de ces entités dans aucune de mes lectures réelles ou virtuelles : on devra donc considérer l'organisation présentée ici comme mon interprétation.
formation DJET KA
animation IB AKH
réalisation REN BA
projection SHOUT SAH


Les 8 composantes de l'être vivant dans le Dominion


Annexe 6 : Sources, webographie

Louxor, 26 juin 2020

 
Retour à l'index
Bibliographie
Retour Nostradamica
Accueil CURA
 
 
Patrice Guinard: Les fonctions astrologiques des dieux égyptiens
http://cura.free.fr/2015/2006egy.html
26-06-2020 ; updated 30-07-2020
© 2020 Patrice Guinard